Back to All Events

'Fragility' Group Exhibition at HCE Galerie, Paris


Une exposition conçue et réalisée par Gastineau Massamba
HCE Galerie,
7 rue Gibault,
93200 Saint Denis, France.

Vernissage
02 mars 2018 à 18h

Artistes de l’exposition :
1.Leslie Amine (Benin-France),
2.Nù Barreto (Guinée Bisaò-France),
3.Yuri Zupancic (USA),
4.Hamm (Congo-Senegal)
5.Jola Zauscinka (Pologne-France)
6.Hyacinthe Ouattara (Burkina-Faso)
7.Catherine Olivier (France),
8.Yao Mestoko (Togo-France)
9.Christiano Mangrovo (Angola)
10. Eizo Sakata (Japon)
11.Kamel Yahiaoui (Algérie)
12.Gastineau Massamba Maminah (Congo)

Communiqué de presse

Sur le thème si complexe de la fragilité de l’homme contemporain il ne peut y avoir de perspective unique et l’organisateur de cette exposition se veut plutôt non-curateur. Il a échangé avec les artistes sans choisir les œuvres à exposer et a misé sur la diversité des expressions pour susciter le maximum d’interrogations sur cet envers d’une civilisation de la performance où il y a peut être un art à trouver, celui d’être fragile .Les artistes trouvent dans l’accrochage la place qui ouvre sur des cheminements personnels et la liberté d’interprétation.
Il faut en effet beaucoup de suggestions et de liberté pour s’orienter dans cette constellation où les concepts foisonnent jusqu’à égarer et constituent une nébuleuse où force et faiblesse se mêlent inextricablement. L’enfant est faible tant qu’il a besoin d’être entouré, protégé, mais il est aussi plein de force et de vie. Il est vulnérable, mais tout être humain sensible le restera, et la sensibilité est un atout. Son existence peut être précaire, mais ce sont plutôt les conditions de vie qui le sont.Et la fragilité, concerne t elle l’enfant ou l’enfance ? est ce la représentation imaginaire des périls et des menaces qui entourent sa vie future, la logique du désir et « au jeu du désir les dés sont pipés et les cartes truquées », la peur de voir la promesse de nouveauté portée par chaque enfant, de régénérescence du monde, trahie et négligée ?…Quant au migrant , une autre figure actuelle de la fragilité, sa fragilité est -elle en lui ou dans notre monde qui le refuse ?Il est l’exemple même du courage puisqu’il s’est lancé dans une aventure périlleuse et douloureuse après avoir quitté son pays, il s’expose à la violence des rencontres, de situations et de traitements dégradants, il vit chaque jour et endure la détresse insupportable d’avoir fait tants d’efforts pour atteindre un pays qui va s’empresser de le rejeter .Clandestin après avoir quitté sa terre natale, privé de tout, de la vie publique qui l’exclut, du refuge de la vie privée, de droits, de titres, de papiers, impuissant, faible, vulnérable, précaire, fragile, oui… les mots défaillent, seule la force d’un trait incisif peut rendre ce nœud de fragilité et de génie.
C’est une exposition de dessins, venus d’horizons très différents et dans cette pratique du dessin les artistes envisagent « ce qui se dessine… » ce qui s’ouvre sans intention ou finalité sur on ne sait quoi et devant quoi il faut apprendre à voir autrement, comme dans un clin d’œil ou un mot d’esprit. Chaque artiste à sa manière esquisse un horizon de lumière et d’ombre, de formes et d’estompages où se lèvent questions et embryons de réponses, de récits pour être encore ensemble dans un monde en crise et « faire monde ». On sera sensible au trait de chaque artiste, à la fois le tracé qui révèle la liberté du geste, et le trait lancé, décoché, faisant déchirure dans le tissu des convenances, au dessin vif et impétueux lancé à toute vitesse, non vers une forme connue mais vers ce qui n’est pas encore advenu, qui pourrait être un art de la fragilité.

-Gastineau Massamba, 2018